L’École buissonnière

[layerslider id= »20″]

Une rencontre entre la danse et la chanson (à partir de 4 ans)

Une journée à l’école, l’arrivée dans la cour, les amis, les jeux, les babillages et les fous rires, la cloche qui sonne, la classe qui commence… des mathématiques à la récréation, du récital aux récitations, la journée des quatre élèves est bien remplie! Leurs personnalités, très différentes les unes des autres, éclatent en danses, en chansons et en poésie. Ils passent du rejet à l’acceptation de l’autre, avec ses différences, ses idées, ses talents particuliers. La fin des classes, pleine de vacarme, de jeux de corde et de ballon, célèbre la force de l’inventivité et de l’imaginaire, sonne la promesse d’amitiés durables.

Après Contes pour enfants pas sages, Pierre-Paul Savoie retrouve l’univers insolite et envoûtant du poète Jacques Prévert avec L’École buissonnière, spectacle dans lequel quatre danseurs défendent des rôles exigeant une grande aisance multidisciplinaire. Il fait encore une fois appel à Benoît Côté, qui a signé les musiques des spectacles Contes pour enfants pas sages et Les Chaises. Le compositeur donne un nouveau souffle aux formes musicales éprouvées comme les comptines et ritournelles, il leur injecte une bonne dose de modernisme et d’originalité avec l’apport des voix d’Alexandre Désilets et d’Amylie.

Une célébration en jeux, en danse, en chansons, en musique et en poésie de l’enfance, de la créativité, de la ténacité et de la camaraderie.

 

Crédits de production

Une coproduction PPS Danse (Montréal) et DansEncorps (Moncton)

Cette création a bénéficié du programme de résidences artistiques des conseils des arts du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Documents à télécharger

Les Chaises

[layerslider id= »13″]

Un spectacle de danse-théâtre pour tous, de 8 à 88 ans

Dans cette tragi-comédie chorégraphiée, un couple de vieillards, 94 et 95 ans, pour égayer l’ennui, la solitude et l’isolement de leur existence, s’inventent une ribambelle d’invités invisibles qui se bousculent à leur porte. Parmi eux le colonel, une Belle au Bois Dormant, un groupe d’enfants, des animaux journalistes et même le Roi en personne.

Dans ce tohu-bohu absurde animé par le mouvement incessant des chaises qu’on dispose dans l’espace pour les invités fantômes, s’amène enfin celui que tous sont venus entendre : l’orateur.

Contre toute attente, il se révèle être un enfant muet et danseur. C’est lui qui, par le langage de la danse, livrera au monde, le message universel qui traduit à la fois la pensée du vieillard et celle que les enfants souhaitent pour la suite du monde. Cette adaptation originale de l’œuvre d’Eugène Ionesco intègre harmonieusement la danse, le théâtre et la musique.

« Un petit bijou …»

Mélanye Boissonnault, Radio-Canada (Montréal)

« Avec son adaptation des Chaises, le chorégraphe Pierre-Paul Savoie s’approprie avec bonheur, tendresse et sensibilité un joyau du théâtre mondial pour le jeune public. »

Olivier Dumas Monthéâtre.qc.ca

« Toujours aussi pertinente la pièce… fait résonner plusieurs couches de sens … Leurs dialogues et monologues font valser le sublime et l’ordinaire. Leurs petites routines et querelle, et surtout leurs gestes de vieux un peu fourbus par la vie faisaient bien rigoler le jeune public… Car la danse se mêle aux dialogues surtout sous forme d’acrobaties livrées avec la drôle de maladresse que leur âge impose.

Décors, costumes et maquillages, tous en noir et blanc, font un clin d’œil à une esthétique expressionniste, jouant à la fois sur le clownesque et le grave. Des changements de registres qui plaisaient visiblement aux jeunes spectateurs. »

Frédérique Doyon, le Devoir

Crédits

Contes pour enfants pas sages

[layerslider id= »15″]

Adaptation scénique des huit contes du livre de Prévert, Contes pour enfants pas sages fusionne la danse, le théâtre, la musique et le chant pour créer une œuvre inusitée où fantaisie et surprise rythment le voyage. L’enfant y est à l’honneur. Choisi pour ses qualités poétiques autant que pour les valeurs humanistes véhiculées par l’auteur, le recueil de contes de Prévert regorge de personnages en tous genres et d’animaux exotiques qui transportent les enfants de trois à six pieds dans des aventures surprenantes et inoubliables.

Dans cette création haute en couleurs, l’autruche mange des cloches et discute avec le Petit-Poucet, les antilopes sont mélancoliques, le dromadaire est mécontent car pris pour un chameau et l’éléphant de mer, assis sur son ventre, jongle avec des armoires à glace. Du jamais vu sur scène !

Célébration du monde de l’enfance et critique du monde adulte, Contes pour enfants pas sages dénonce l’exploitation humaine et la destruction des richesses naturelles.

Crédits de production