Production

Corps Amour Anarchie /
Léo Ferré

[layerslider id= »21″]

Rencontre inédite entre l’œuvre de Ferré et la danse contemporaine.

L’année 2016 marque le 100e anniversaire de naissance de Léo Ferré. Pour lui rendre hommage, PPS Danse et Coup de cœur francophone s’associent à nouveau pour produire Corps Amour Anarchie, un spectacle interdisciplinaire qui célèbre l’œuvre de cet immense artiste du 20e siècle.

Corps Amour Anarchie va à la rencontre de l’œuvre de Léo Ferré afin de retrouver son esprit, ses musiques, ses mots, toujours vibrants de justesse, et les ramener jusqu’à vous. Cette rencontre inédite s’incarne dans l’interaction entre le répertoire de l’artiste et la danse contemporaine.

Conçu et dirigé par Pierre-Paul Savoie, directeur artistique de PPS Danse, le spectacle, sous la direction musicale de Philippe B et de Philippe Brault, réunit sur scène 15 artistes, soit quatre chanteurs, cinq musiciens et six danseurs.

Portées par les voix d’Alexandre Désilets, Bïa, Michel Faubert et Philippe B et les chorégraphies d’Anne Plamondon, David Rancourt, Emmanuel Jouthe, Hélène Blackburn et Pierre-Paul Savoie, les chansons de Léo Ferré résonnent plus que jamais par leur pertinence et leur magnificence.

Entre l’amour et l’anarchie, la mémoire et la mer, l’espoir et la solitude, son œuvre déploie les ailes de notre imaginaire pour clamer haut et fort la poésie du monde.

Le spectacle sera présenté en grande première à Montréal dans le cadre de la 30e édition de Coup de cœur francophone.

Poète… vos papiers !

Crédits

  • Conception et mise en scène : Pierre- Paul Savoie
  • Chorégraphes :  Pierre- ­Paul Savoie, Anne Plamondon, David Rancourt, Emmanuel Jouthe, Hélène Blackburn
  • Direction musicale et arrangements : Philippe B. et Philippe Brault
  • Chanteurs Montréal : Bïa, Alexandre Désilets, Michel Faubert, Philippe B. et Catherine Major
  • Chanteurs Montréal : Bïa, Alexandre Désilets, Michel Faubert ou Philippe B. et Catherine Major
  • Danseurs : Alexandre Carlos, Anne Plamondon, David Rancourt, Jossua Collin-Dufour, Roxane Duchesne-Roy et Sara Harton
  • Musiciens : Alexis Dumais, David Carbonneau, Ligia Paquin, Philippe Brault  et Sheila Hannigan
  • Conception d’éclairage : Stéphane Ménigot
  • Projections vidéo : Alejandro Jiménez

Cette création est présentée en collaboration avec ICI Musique et bénéficie d’une résidence à la Place des Arts.

Documents à télécharger

BAGNE

[layerslider id= »12″]

Plus de 20 ans après sa création originelle, les co-­créateurs et interprètes Pierre­-Paul Savoie et Jeff Hall entreprennent de revisiter l’un de leurs plus grands succès, Bagne. Confinés dans une monumentale structure métallique, deux hommes s’embrasent sous les yeux captivés des spectateurs. Dans cette œuvre au croisement de la danse et du théâtre, la force brutale des interprètes vient se mêler à une tendresse universelle. Emprisonnés, les corps s’éreintent autant qu’ils s’entrelacent dans un mouvement brut et sensible, créant ainsi un hymne à la liberté et à l’amour puissant et magistral.

En faisant appel à une nouvelle génération d’interprètes masculins et en invitant les collaborateurs de la première heure à revisiter leur travail, les créateurs actualisent le propos et rendent l’œuvre intemporelle. Ancrée sur une base solide cette recréation saura assurément, grâce à son universalité, toucher à nouveau l’âme des spectateurs tout en étant découvert par un nouveau public et de nouvelles générations.

« Un must et ce, que vous aimiez la danse, le théâtre, la vie… Une œuvre universelle, qui pourrait être présentée absolument partout et toucher à peu près tout le monde.

Chapeau. » Anne-­Marie Lecomte, La Presse (1992), Montréal

Crédits de production

  • Conception originale (1998) : Pierre-Paul Savoie et Jeff Hall
  • Ré-création (2015) : Pierre-Paul Savoie et Jeff Hall
  • Interprètes:  Lael Stellick et Milan Panet-Gigon ou Jonathan Fortin
  • Musique : Bernard Falaise
  • Conception sonore: Larsen Lupin
  • Scénographie:  Bernard Lagacé
  • Éclairages: Marc Parent
  • Conception des costumes: Linda Brunelle
  • Maquillage : Florence Cornet

Documents à télécharger

 

Les Chaises

[layerslider id= »13″]

Un spectacle de danse-théâtre pour tous, de 8 à 88 ans

Dans cette tragi-comédie chorégraphiée, un couple de vieillards, 94 et 95 ans, pour égayer l’ennui, la solitude et l’isolement de leur existence, s’inventent une ribambelle d’invités invisibles qui se bousculent à leur porte. Parmi eux le colonel, une Belle au Bois Dormant, un groupe d’enfants, des animaux journalistes et même le Roi en personne.

Dans ce tohu-bohu absurde animé par le mouvement incessant des chaises qu’on dispose dans l’espace pour les invités fantômes, s’amène enfin celui que tous sont venus entendre : l’orateur.

Contre toute attente, il se révèle être un enfant muet et danseur. C’est lui qui, par le langage de la danse, livrera au monde, le message universel qui traduit à la fois la pensée du vieillard et celle que les enfants souhaitent pour la suite du monde. Cette adaptation originale de l’œuvre d’Eugène Ionesco intègre harmonieusement la danse, le théâtre et la musique.

« Un petit bijou …»

Mélanye Boissonnault, Radio-Canada (Montréal)

« Avec son adaptation des Chaises, le chorégraphe Pierre-Paul Savoie s’approprie avec bonheur, tendresse et sensibilité un joyau du théâtre mondial pour le jeune public. »

Olivier Dumas Monthéâtre.qc.ca

« Toujours aussi pertinente la pièce… fait résonner plusieurs couches de sens … Leurs dialogues et monologues font valser le sublime et l’ordinaire. Leurs petites routines et querelle, et surtout leurs gestes de vieux un peu fourbus par la vie faisaient bien rigoler le jeune public… Car la danse se mêle aux dialogues surtout sous forme d’acrobaties livrées avec la drôle de maladresse que leur âge impose.

Décors, costumes et maquillages, tous en noir et blanc, font un clin d’œil à une esthétique expressionniste, jouant à la fois sur le clownesque et le grave. Des changements de registres qui plaisaient visiblement aux jeunes spectateurs. »

Frédérique Doyon, le Devoir

Crédits

Contes pour enfants pas sages

[layerslider id= »15″]

Adaptation scénique des huit contes du livre de Prévert, Contes pour enfants pas sages fusionne la danse, le théâtre, la musique et le chant pour créer une œuvre inusitée où fantaisie et surprise rythment le voyage. L’enfant y est à l’honneur. Choisi pour ses qualités poétiques autant que pour les valeurs humanistes véhiculées par l’auteur, le recueil de contes de Prévert regorge de personnages en tous genres et d’animaux exotiques qui transportent les enfants de trois à six pieds dans des aventures surprenantes et inoubliables.

Dans cette création haute en couleurs, l’autruche mange des cloches et discute avec le Petit-Poucet, les antilopes sont mélancoliques, le dromadaire est mécontent car pris pour un chameau et l’éléphant de mer, assis sur son ventre, jongle avec des armoires à glace. Du jamais vu sur scène !

Célébration du monde de l’enfance et critique du monde adulte, Contes pour enfants pas sages dénonce l’exploitation humaine et la destruction des richesses naturelles.

Crédits de production

Danse Lhasa Danse

[layerslider id= »14″]

En 2010, Lhasa De Sela nous quittait, laissant derrière elle ses musiques et ses chants ensorcelants. Danse Lhasa Danse est une création en hommage à la regrettée Lhasa De Sela, dont l’âme demeure blottie au fond des cœurs.

A titre de directeur artistique, Pierre­-Paul Savoie devient le chef d’orchestre de ce spectacle où, tel un chœur dans une cathédrale, la danse, les mots et la musique se fondent en une seule voix pour faire écho à l’œuvre de celle qui nous appelle à célébrer la vie en toute sérénité. Sur scène, cinq musiciens, quatre chanteurs et sept danseurs transcendent les cœurs et magnifient les mots et la musique de la chanteuse.

« Pas besoin de mots (…) ici il n’y a que la véhémence du geste, l’émotion du chant, l’impalpable de la musique pour rendre hommage à une œuvre forte et éternelle ». Marie- Christine Trottier, Espace musique

« Au final, une soirée magnifique, où la danse a su montrer comment elle peut exprimer ce qui ne peut être dit, en paroles ou en chanson. Un contexte qui ne pouvait être plus parfait pour Lhasa, qui portait, au­ delà de ses mots, ce supplément d’âme qui a touché tant de personnes à travers le monde. » Iris Gagnon­Paradis, DFDANSE, 15 novembre 2011

« (…) et le coup de maître de Pierre­-Paul Savoie qui a porté la danse à Coup de cœur francophone avec le très réussi Danse Lhasa Danse. » Fabienne Cabado, Voir, 22 décembre 2011

Crédits