Biographies

Marilène Bastien œuvre comme conceptrice de décors et de costumes. Elle collabore avec plusieurs chorégraphes de renom dont Louise Bédard, Virginie Brunelle, Sylvain Émard, Catherine Gaudet, Hélène Langevin, Alan Lake, Ginette Laurin, Ismaël Mouaraki, Anne Plamondon, Jacques Poulin-Denis et Manuel Roque. Parmi ses projets en cirque on compte trois productions du Cirque du Soleil (Bôcca m.e.s. de Pierre Lapointe, Le monde est fou et Tout écartillé, m.e.s. de Jean-Guy Legault) ainsi que la récente création du Cirque Éloize (Serge Fiori Seul Ensemble, m.e.s. de Benoit Landry). Au théâtre, elle participe à des créations aux côtés des metteurs en scène Nini Bélanger (Splendide jeunesse et Petite sorcière de Pascal Brullemans), Michel-Maxime Legault (Les inventions à deux voix de Sébastien Harrisson et Ce que nous avons fait de Pascal Brullemans) et Catherine Vidal (Je disparais de Arne Lygre). À l’opéra, elle signe le décor est les costumes d’Aliénor (musique d’Alain Voirpy, livret Kristian Frédric et Alain Voirpy, m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de Limoges, France juin 2021) ainsi que les costumes pour l’opéra Fando et Lis (musique de Benoît Menut d’après l’œuvre de Fernando Arrabal, livret et m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de St-Etienne, France)

En 2015 Marilène est nommée protégée d’Anick La Bissonnière, gagnante du prestigieux prix Siminovitch.

Amoureuse du théâtre et de la danse depuis son plus jeune âge, Juliette a d’abord étudié le design appliqué en France. Elle y a développé son sens artistique et créatif. Ensuite, elle a suivi une formation en théâtre production option conception de costumes, décors et accessoires au collège Lionel-Groulx. Graduée en 2019, elle a commencé à participer au projet Le Trésor en 2020, et depuis elle suit le fil de ce spectacle de ville en ville en tant que machiniste et habilleuse.

Passionnée de photographie et de cinéma, c’est tout naturellement qu’elle s’est également tournée vers les productions cinématographiques : elle est maintenant aussi assistante décoratrice.

Juliette est toujours très investie dans les projets qu’on lui confie, que ce soit pour le théâtre, la danse ou l’audio-visuel.

La chorégraphe montréalaise Lina Cruz explore un vocabulaire chorégraphique minutieux, dévoilant un univers ou étrangeté rime avec ludisme. Récipiendaire d’un deuxième prix au concours international de chorégraphie du Festival des arts de Saint-Sauveur 1998 (Québec), Lina Cruz fonde la compagnie Productions Fila 13 2003, après plusieurs années d’activité en tant que chorégraphe indépendante. Au sein de sa compagnie, elle crée des œuvres explorant le rapprochement artistique des danseurs et des musiciens sur scène. Cette démarche artistique a été soulignée et vivement reconnue à Toronto où ses oeuvres ont reçu le prestigieux prix Dora Mavor Moore à plusieurs reprises ainsi que des nominations dans diverses catégories.

Des artistes indépendants à travers le Canada ainsi que des compagnies et des institutions, tels que la compagnie Toronto Dance Theatre, le Centre des arts de Banff, L’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et la compagnie Chants Libres font appel aux services de Lina Cruz en tant que chorégraphe.

Pianiste, contrebassiste et compositeur, Alexis Dumais, est né à Rimouski. Membre du groupe Sagapool en tant que pianiste et contrebassiste et co-compositeur, il a aussi accompagné sur scène et/ou sur disque entre autres Martin Léon, Loco Locass, Bernard Adamus, Louis-Jean Cormier, Fred  Pellerin, Vincent Vallières, Matiu, Catherine Major, Pierre Lapointe, Betty Bonifassi, Marie-Pierre Arthur, Olivier Belisle, Alexandre Désilets, Mara Tremblay, Dominic Desjardins, Émile Bilodeau, Galaxie, Samito, La Fanfare PourPour, en plus de collaborer avec Martin Léon sur plusieurs musiques de film (Monsieur Lazhar, Merci Pour Tout, Guibord s’en va t-en guerre, The Good Lie, Tu te souviendras de moi, etc.) Il a également participé à divers spectacles de danse contemporaine (Ballets Jazz de Montréal et PPS Danse), fait partie de house bands de plusieurs émissions de télévision et de radio, en plus de composer la musique pour divers documentaires et courts-métrages. Depuis 2021, il enseigne au Collège Lionel-Groulx.

Marcio Vinícius Paulino Silveira est un danseur, chorégraphe et scénographe professionnel brésilien canadien qui explore le mouvement et l’espace en adoptant l’engagement entre le langage corporel et le public. Après avoir obtenu son diplôme technique en danse contemporaine avec l’école de Théâtre Bolchoï au Brésil, Marcio a travaillé avec des chorégraphes et des compagnies professionnelles de renom comme La La La Human Steps, Les Ballet Jazz de Montréal, Andrea Peña & Artists, Ezdanza, Cirque du Soleil et d’autres. Au cours des 15 dernières années, il a voyagé dans plus de 26 pays en se produisant sur différentes scènes acclamées à travers le monde.
Marcio est aussi le grand gagnant de l’émission Révolution Saison 2 avec Janie Richard.

Basé à Montréal / Tio’tia:ke  (Québec, Canada), Philippe Dépelteau travaille comme danseur, performeur et collaborateur en arts vivants. Habité d’un geste habile et pur, il communique une danse à la fois sensible et réfléchie. Sa curiosité envers l’humain le mène à l’École de danse contemporaine de Montréal (2017-2020). Il aura le privilège d’y rencontrer Linda Rabin, Jamie Wright, Laura Toma, Isabelle Poirier, Peter Jasko et Andrew Harwood, ainsi que de collaborer avec les chorégraphes Clara Furey, Sophie Corriveau et Frédérick Gravel. Investi dans les liens qu’il tisse, il entame plusieurs collaborations artistiques dès sa sortie de l’École. 

Depuis 2019, il développe une démarche performative éco-sociale avec Lauranne Heulot, grâce au projet Ni d’Ève, ni d’Adam. En parallèle à ses recherches, il travaille chez PPS Danse comme interprète-doublure pour la pièce Le Trésor. Il se forme également en aïkido et en poésie. Avec son regard bienveillant sur la complexité du monde, il souhaite que le corps évoque de nouveaux rêves de société.

C’est à titre de d’auteur-compositeur-interprète que Franck Julien commence sa carrière. Il sillonne alors le Québec, l’Europe et les USA ou il se produit sur scène avec ses groupes.

Fort de son expérience, c’est à partir du début des années 2000 qu’il prend part à certaines des plus populaires comédies musicales produites au Québec et à l’étranger dont Génération Motown, Shérazade, Esquire Show Bar et Soul Night.

Parallèlement, il poursuit une carrière de choriste ou il combine son amour des harmonies et sa passion pour la scène. On le voit  à la télévision sur des émissions telles que Y a du monde à Messe ou Belle et bum, mais aussi sur scène derrière des artistes tel que Ginette Reno, Jean-Pierre Ferland, Louis-Jean Cormier et Damien Robitaille pour ne nommer que ceux-ci.

Depuis la sortie de son premier album primé en 2009, Geneviève Toupin se produit de près ou de loin, avec un public de plus en plus nombreux au Canada et en Europe.

Après avoir remporté de nombreux prix pour son premier album éponyme en français, Toupin a sorti son premier album en anglais en 2012.  Le chemin qui mène à la sortie de son deuxième album The Ocean Pictures Project se lit comme un conte folklorique traditionnel, une sorte de tapisserie tissée à partir de traditions et de terres diverses.

Elle a également attiré l’attention avec sa websérie Tournée des Cafés.  Le projet a connu un tel succès qu’elle a tourné de nouveaux épisodes pour les diffuser sur TFO TV en 2013.

En 2014, Geneviève Toupin a présenté son nouveau projet et alter-ego Willows, mêlant ses racines métisses et son héritage franco-manitobain.  La collection de chansons intimes passe d’harmonies obsédantes à des mélodies accrocheuses, tout en invoquant le vent des prairies avec sa voix chaleureuse.  Willows a été accueilli par des critiques élogieuses et les années qui ont suivi ont été très occupées, avec des tournées dans tout le Canada, une nomination aux Canadian Folk Music Awards et un Trille Or pour le meilleur album de l’Ouest canadien.  Nommé d’après la ville côtière de Californie et la ville fantôme de Saskatchewan qui partagent le même nom, Willows est un paysage sonore de lumière du désert et de ciel ouvert.

Karen Young est née à Montréal, au Québec. Elle a débuté dans la musique folk à la fin des années 60 avec Garden Of Ursh (1971), et est passée au jazz au milieu des années 1970 avec le groupe vocal bebop à succès, Bug Alley, dont elle a été membre de 1975 à 1979. Au début des années 1980, elle a joué les rôles principaux dans les productions de théâtre musical Mata Hari et Angel, écrites par David Rimmer et Edward Knoll.

Au milieu et à la fin des années 1980, elle fait partie du célèbre duo de basse et de voix, Young and Donato, avec le bassiste de jazz montréalais Michel Donato. Leur album Young & Donato a été mis en nomination pour un prix Juno en 1985. L’album suivant, Contredanse, a remporté un prix Félix dans la catégorie Meilleur album de jazz au Québec en 1988. Le duo a effectué quatre tournées en France (1987-90) et aux Etats-Unis (1989-90), ainsi que quelques concerts en Angleterre en 1989.

Elle tourne avec ses groupes surtout au Canada au début des années 2000, comme au Kaslo Jazz Festival (2003) avec un style de musique psychédélique ou comme membre du Sylvain Provost Trio au Festival Jazz en Rafale (2008).

Son éclectisme et sa familiarité avec les styles world, classique et jazz lui permettent de présenter des œuvres allant du jazz traditionnel, latin et contemporain à, plus récemment, du médiéval (album Âme, corps et désir, 2007) et de l’électro jazz (album Electro-Beatniks, 2009).

Young a créé son propre label indépendant en 1991, Les Disques URSH. Depuis lors, elle a publié neuf disques présentant des combinaisons d’artistes issus de différents milieux et traditions musicales.

Diplômée du Conservatoire de Danse de Montréal (2002), Elise Legrand a dansé pour différentes compagnies telles que Sinha Danse, Sursaut, Axile, ZemmourBallet et le projet Danse Lhasa Danse coproduit par PPS Danse et Coup de coeur Francophone. Elise a participé à de nombreuses tournées au Canada et à l’international.  

Chorégraphe et directrice artistique basée à Sherbrooke, elle développe ses propres projets chorégraphiques avec un intérêt marqué pour la création in situ, amenant la danse contemporaine dans des espaces non-conventionnels et s’inspirant directement de ces contextes pour développer ses créations. Son travail est également marqué par la création multidisciplinaire et intègre régulièrement d’autres disciplines à la chorégraphie tels les arts visuels, la poésie, la musique ou encore, les arts du cirque.

Depuis 2005, ses pièces ont été présentées dans différents espaces publics et lieux extérieurs, musées, galeries d’art et salles de spectacles au Québec et au Canada. 

Élise est est aussi co-fondatrice de la compagnie de cirque LaboKracBoom, chanteuse et accordéoniste avec Ze Radcliffe Fanfare et titulaire d’un Baccalauréat spécialisé en Histoire de l’art (Université de Montréal 2006).  www.eliselegrand.ca