Alan Lake est interprète, chorégraphe, réalisateur et artiste en arts visuels. Il étudie les arts visuels pendant cinq ans, puis gradue en 2007 du programme Danse-interprétation de L’École de danse de Québec. Depuis, c’est avec le cumul d’une expérience et d’une pratique pluridisciplinaire qu’il aborde désormais le geste, en consacrant son quotidien à la danse. L’objectif de son travail est de faire cohabiter ces disciplines en un lieu commun au service du mouvement.

Il présente son travail de chorégraphe à Québec, à Montréal et au Canada : Suite pour trois assiettes (2003), Le blé près de chez nous (2004), L’après-midi-oiseaux (2006), Dany and Me too (2009 cocréation avec Dany Desjardins), Chaudières, déplacements et paysages (2010), Huard-Éléphant (2011), Là-bas, le lointain (2012), Ravages (2015) et Les caveaux (2016).

Alan Lake insère dans sa démarche artistique des films de danses qu’il réalise : Battement Bleu (2003) et 9 Minutes, 2 Fois (2004) gagnant le prix du public à Vidéastes Recherché·es.

Alan Lake est invité par L’École de danse de Québec comme chorégraphe et pédagogue afin de créer les œuvres Huard-Éléphant (2011), la peau chargé d’étreinte (2012), Gratter la pénombre (2013), Résilience (2014) et Les yeux pleins d’effroi (2016). Alan Lake est invité par l’École de danse contemporaine de Montréal pour créer Le cri des méduses à l’automne 2016.

Depuis 2007, Alan Lake rejoint en tant qu’interprète la compagnie Le fils d’Adrien danse d’Harold Rhéaume dans NU, Jumeaux – une cocréation avec le chorégraphe français Yvann Alexandre – et dans la création Fluide. Il fait partie de la distribution du Carré des Lombes de Danièle Desnoyers pour les pièces Là où je vis et Dévorer le Ciel. Il participe au premier Grand continental de la compagnie Sylvain Émard Danse. Il est interprète pour Dana Gingras – Animals of Distinction dans un vidéoclip d’Arcade Fire.

En parallèle, en 2007, il fonde Alan Lake Factori[e], une compagnie de danse contemporaine pluridisciplinaire basée à Québec avec laquelle il développe son approche artistique se situant au carrefour de la danse, du cinéma et des arts visuels. En 2018, Alan Lake intègre le programme Artiste Associé du Centre de Création O Vertigo – CCOV (Montréal).

Vanessa Marcoux détient un baccalauréat de l’Université McGill (où elle a obtenu la mention « Outstanding Achievement in Violin ») ainsi qu’une maîtrise en interprétation de l’Université de Montréal, en plus d’avoir effectué un stage de perfectionnement au prestigieux Conservatoire national supérieur de Lyon. Elle a également complété un second baccalauréat en composition instrumentale à l’Université de Montréal, où elle a étudié auprès d’Ana Sokolovic. Elle a reçu plusieurs bourses et prix en tant que violoniste et compositrice et se produit régulièrement en concert à titre de soliste et chambriste, tant pour le répertoire classique que pour la musique contemporaine et les musiques métissées. En 2016, elle fonde avec la pianiste Marie-Christine Poirier le Duo Cordelia, qui se démarque depuis ce temps sur la scène musicale canadienne.

Elle s’intéresse également à l’improvisation musicale et a suivi plusieurs cours de perfectionnement en France, en Allemagne ainsi qu’au Canada. Recherchée sur la scène montréalaise pour ses qualités d’improvisatrice, elle a à son actif plusieurs enregistrements pour des artistes canadiens de renommée internationale. Ses nombreuses collaborations la mèneront à performer en Europe, en Afrique et en Asie. En tant que compositrice, elle a écrit pour des ensembles variés, allant de la musique sérieuse à la musique populaire, en passant par la musique de film et les œuvres pour enfants. Ses œuvres ont été jouées par des ensembles variés tels que l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de Sherbrooke et le duo Fortin-Poirier.

Vanessa joue un violon Carlo Giuseppe Testore, Milan, ca. 1712, ainsi qu’un archet de violon Louis Morizot (père) gracieusement mis à sa disposition par la compagnie CANIMEX INC. de Drummondville (Québec).

Après des études interdisciplinaires, Milan plonge dans l’univers de la danse. Diplômée de l’Université Concordia, elle se lance dans l’aventure de la création. Depuis 2009, Milan œuvre dans le milieu de la danse contemporaine montréalaise à titre d’interprète, d’improvisatrice, de chorégraphe et de directrice artistique de Human Playground, organisme de création qu’elle fonde en 2013.

Comme chorégraphe, elle développe et approfondit une démarche contextualisée. Sa vision de la chorégraphie est celle d’une écriture des corps dans l’espace que nous utilisons tous les jours. Milan crée et compose ses œuvres à partir d’éléments et de réalités issus du mode de vie urbain. Mue par une volonté de jouer sur des modes et des terrains hors normes, elle investit la ville comme scène et canevas. Ses créations l’ont propulsée sur la scène artistique contemporaine et ont été diffusées dans de nombreux festivals au Québec, au Canada et en Europe : Auto-Fiction, trio pour humains et voiture (2009), Intersection, fable sociale à la jonction de la danse et du l’art du déplacement (2013), Parking, déambulatoire dans la ville (2017), Lubies pour gens à pied, installation chorégraphique (2017). Depuis 2019, elle investit des lieux mythiques issus de l’architecture générique des villes modernes dont le stationnement à étages Inscape (2019) et l’Hôtel L’autre maintenant (2021). Ces  expériences in situ prennent la forme d’une visite hors du commun de ces espaces où y sont déployées des performances incarnant l’esprit des lieux. Ses recherches actuelles se penchent sur les interactions entre le cadre bâti générique des villes, le type d’imaginaire, de normes et rituels sociaux qu’ils induisent.

A titre de chorégraphe, elle a également été amenée à collaborer sur divers projets pour entre autres Video Phase, ELEKTRA, Moment Factory, le Cirque Éloïse, Nomad Industrie.

Double bachelière (communications multimédias & danse contemporaine), Milan est diplômée du Dess en design d’événement de l’UQÀM.

Marilène Bastien œuvre comme conceptrice de décors et de costumes. Elle collabore avec plusieurs chorégraphes de renom dont Louise Bédard, Virginie Brunelle, Sylvain Émard, Catherine Gaudet, Hélène Langevin, Alan Lake, Ginette Laurin, Ismaël Mouaraki, Anne Plamondon, Jacques Poulin-Denis et Manuel Roque. Parmi ses projets en cirque on compte trois productions du Cirque du Soleil (Bôcca m.e.s. de Pierre Lapointe, Le monde est fou et Tout écartillé, m.e.s. de Jean-Guy Legault) ainsi que la récente création du Cirque Éloize (Serge Fiori Seul Ensemble, m.e.s. de Benoit Landry). Au théâtre, elle participe à des créations aux côtés des metteurs en scène Nini Bélanger (Splendide jeunesse et Petite sorcière de Pascal Brullemans), Michel-Maxime Legault (Les inventions à deux voix de Sébastien Harrisson et Ce que nous avons fait de Pascal Brullemans) et Catherine Vidal (Je disparais de Arne Lygre). À l’opéra, elle signe le décor est les costumes d’Aliénor (musique d’Alain Voirpy, livret Kristian Frédric et Alain Voirpy, m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de Limoges, France juin 2021) ainsi que les costumes pour l’opéra Fando et Lis (musique de Benoît Menut d’après l’œuvre de Fernando Arrabal, livret et m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de St-Etienne, France)

En 2015 Marilène est nommée protégée d’Anick La Bissonnière, gagnante du prestigieux prix Siminovitch.

Amoureuse du théâtre et de la danse depuis son plus jeune âge, Juliette a d’abord étudié le design appliqué en France. Elle y a développé son sens artistique et créatif. Ensuite, elle a suivi une formation en théâtre production option conception de costumes, décors et accessoires au collège Lionel-Groulx. Graduée en 2019, elle a commencé à participer au projet Le Trésor en 2020, et depuis elle suit le fil de ce spectacle de ville en ville en tant que machiniste et habilleuse.

Passionnée de photographie et de cinéma, c’est tout naturellement qu’elle s’est également tournée vers les productions cinématographiques : elle est maintenant aussi assistante décoratrice.

Juliette est toujours très investie dans les projets qu’on lui confie, que ce soit pour le théâtre, la danse ou l’audio-visuel.

La chorégraphe montréalaise Lina Cruz explore un vocabulaire chorégraphique minutieux, dévoilant un univers ou étrangeté rime avec ludisme. Récipiendaire d’un deuxième prix au concours international de chorégraphie du Festival des arts de Saint-Sauveur 1998 (Québec), Lina Cruz fonde la compagnie Productions Fila 13 2003, après plusieurs années d’activité en tant que chorégraphe indépendante. Au sein de sa compagnie, elle crée des œuvres explorant le rapprochement artistique des danseurs et des musiciens sur scène. Cette démarche artistique a été soulignée et vivement reconnue à Toronto où ses oeuvres ont reçu le prestigieux prix Dora Mavor Moore à plusieurs reprises ainsi que des nominations dans diverses catégories.

Des artistes indépendants à travers le Canada ainsi que des compagnies et des institutions, tels que la compagnie Toronto Dance Theatre, le Centre des arts de Banff, L’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et la compagnie Chants Libres font appel aux services de Lina Cruz en tant que chorégraphe.

Pianiste, contrebassiste et compositeur, Alexis Dumais, est né à Rimouski. Membre du groupe Sagapool en tant que pianiste et contrebassiste et co-compositeur, il a aussi accompagné sur scène et/ou sur disque entre autres Martin Léon, Loco Locass, Bernard Adamus, Louis-Jean Cormier, Fred  Pellerin, Vincent Vallières, Matiu, Catherine Major, Pierre Lapointe, Betty Bonifassi, Marie-Pierre Arthur, Olivier Belisle, Alexandre Désilets, Mara Tremblay, Dominic Desjardins, Émile Bilodeau, Galaxie, Samito, La Fanfare PourPour, en plus de collaborer avec Martin Léon sur plusieurs musiques de film (Monsieur Lazhar, Merci Pour Tout, Guibord s’en va t-en guerre, The Good Lie, Tu te souviendras de moi, etc.) Il a également participé à divers spectacles de danse contemporaine (Ballets Jazz de Montréal et PPS Danse), fait partie de house bands de plusieurs émissions de télévision et de radio, en plus de composer la musique pour divers documentaires et courts-métrages. Depuis 2021, il enseigne au Collège Lionel-Groulx.

Marcio Vinícius Paulino Silveira est un danseur, chorégraphe et scénographe professionnel brésilien canadien qui explore le mouvement et l’espace en adoptant l’engagement entre le langage corporel et le public. Après avoir obtenu son diplôme technique en danse contemporaine avec l’école de Théâtre Bolchoï au Brésil, Marcio a travaillé avec des chorégraphes et des compagnies professionnelles de renom comme La La La Human Steps, Les Ballet Jazz de Montréal, Andrea Peña & Artists, Ezdanza, Cirque du Soleil et d’autres. Au cours des 15 dernières années, il a voyagé dans plus de 26 pays en se produisant sur différentes scènes acclamées à travers le monde.
Marcio est aussi le grand gagnant de l’émission Révolution Saison 2 avec Janie Richard.

Bio à venir.

C’est à titre de d’auteur-compositeur-interprète que Franck Julien commence sa carrière. Il sillonne alors le Québec, l’Europe et les USA ou il se produit sur scène avec ses groupes.

Fort de son expérience, c’est à partir du début des années 2000 qu’il prend part à certaines des plus populaires comédies musicales produites au Québec et à l’étranger dont Génération Motown, Shérazade, Esquire Show Bar et Soul Night.

Parallèlement, il poursuit une carrière de choriste ou il combine son amour des harmonies et sa passion pour la scène. On le voit  à la télévision sur des émissions telles que Y a du monde à Messe ou Belle et bum, mais aussi sur scène derrière des artistes tel que Ginette Reno, Jean-Pierre Ferland, Louis-Jean Cormier et Damien Robitaille pour ne nommer que ceux-ci.