Vanessa Marcoux détient un baccalauréat de l’Université McGill (où elle a obtenu la mention « Outstanding Achievement in Violin ») ainsi qu’une maîtrise en interprétation de l’Université de Montréal, en plus d’avoir effectué un stage de perfectionnement au prestigieux Conservatoire national supérieur de Lyon. Elle a également complété un second baccalauréat en composition instrumentale à l’Université de Montréal, où elle a étudié auprès d’Ana Sokolovic. Elle a reçu plusieurs bourses et prix en tant que violoniste et compositrice et se produit régulièrement en concert à titre de soliste et chambriste, tant pour le répertoire classique que pour la musique contemporaine et les musiques métissées. En 2016, elle fonde avec la pianiste Marie-Christine Poirier le Duo Cordelia, qui se démarque depuis ce temps sur la scène musicale canadienne.

Elle s’intéresse également à l’improvisation musicale et a suivi plusieurs cours de perfectionnement en France, en Allemagne ainsi qu’au Canada. Recherchée sur la scène montréalaise pour ses qualités d’improvisatrice, elle a à son actif plusieurs enregistrements pour des artistes canadiens de renommée internationale. Ses nombreuses collaborations la mèneront à performer en Europe, en Afrique et en Asie. En tant que compositrice, elle a écrit pour des ensembles variés, allant de la musique sérieuse à la musique populaire, en passant par la musique de film et les œuvres pour enfants. Ses œuvres ont été jouées par des ensembles variés tels que l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de Sherbrooke et le duo Fortin-Poirier.

Vanessa joue un violon Carlo Giuseppe Testore, Milan, ca. 1712, ainsi qu’un archet de violon Louis Morizot (père) gracieusement mis à sa disposition par la compagnie CANIMEX INC. de Drummondville (Québec).

Après des études interdisciplinaires, Milan plonge dans l’univers de la danse. Diplômée de l’Université Concordia, elle se lance dans l’aventure de la création. Depuis 2009, Milan œuvre dans le milieu de la danse contemporaine montréalaise à titre d’interprète, d’improvisatrice, de chorégraphe et de directrice artistique de Human Playground, organisme de création qu’elle fonde en 2013.

Comme chorégraphe, elle développe et approfondit une démarche contextualisée. Sa vision de la chorégraphie est celle d’une écriture des corps dans l’espace que nous utilisons tous les jours. Milan crée et compose ses œuvres à partir d’éléments et de réalités issus du mode de vie urbain. Mue par une volonté de jouer sur des modes et des terrains hors normes, elle investit la ville comme scène et canevas. Ses créations l’ont propulsée sur la scène artistique contemporaine et ont été diffusées dans de nombreux festivals au Québec, au Canada et en Europe : Auto-Fiction, trio pour humains et voiture (2009), Intersection, fable sociale à la jonction de la danse et du l’art du déplacement (2013), Parking, déambulatoire dans la ville (2017), Lubies pour gens à pied, installation chorégraphique (2017). Depuis 2019, elle investit des lieux mythiques issus de l’architecture générique des villes modernes dont le stationnement à étages Inscape (2019) et l’Hôtel L’autre maintenant (2021). Ces  expériences in situ prennent la forme d’une visite hors du commun de ces espaces où y sont déployées des performances incarnant l’esprit des lieux. Ses recherches actuelles se penchent sur les interactions entre le cadre bâti générique des villes, le type d’imaginaire, de normes et rituels sociaux qu’ils induisent.

A titre de chorégraphe, elle a également été amenée à collaborer sur divers projets pour entre autres Video Phase, ELEKTRA, Moment Factory, le Cirque Éloïse, Nomad Industrie.

Double bachelière (communications multimédias & danse contemporaine), Milan est diplômée du Dess en design d’événement de l’UQÀM.

Marilène Bastien œuvre comme conceptrice de décors et de costumes. Elle collabore avec plusieurs chorégraphes de renom dont Louise Bédard, Virginie Brunelle, Sylvain Émard, Catherine Gaudet, Hélène Langevin, Alan Lake, Ginette Laurin, Ismaël Mouaraki, Anne Plamondon, Jacques Poulin-Denis et Manuel Roque. Parmi ses projets en cirque on compte trois productions du Cirque du Soleil (Bôcca m.e.s. de Pierre Lapointe, Le monde est fou et Tout écartillé, m.e.s. de Jean-Guy Legault) ainsi que la récente création du Cirque Éloize (Serge Fiori Seul Ensemble, m.e.s. de Benoit Landry). Au théâtre, elle participe à des créations aux côtés des metteurs en scène Nini Bélanger (Splendide jeunesse et Petite sorcière de Pascal Brullemans), Michel-Maxime Legault (Les inventions à deux voix de Sébastien Harrisson et Ce que nous avons fait de Pascal Brullemans) et Catherine Vidal (Je disparais de Arne Lygre). À l’opéra, elle signe le décor est les costumes d’Aliénor (musique d’Alain Voirpy, livret Kristian Frédric et Alain Voirpy, m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de Limoges, France juin 2021) ainsi que les costumes pour l’opéra Fando et Lis (musique de Benoît Menut d’après l’œuvre de Fernando Arrabal, livret et m.e.s. Kristian Frédric, Opéra de St-Etienne, France)

En 2015 Marilène est nommée protégée d’Anick La Bissonnière, gagnante du prestigieux prix Siminovitch.

La chorégraphe montréalaise Lina Cruz explore un vocabulaire chorégraphique minutieux, dévoilant un univers ou étrangeté rime avec ludisme. Récipiendaire d’un deuxième prix au concours international de chorégraphie du Festival des arts de Saint-Sauveur 1998 (Québec), Lina Cruz fonde la compagnie Productions Fila 13 2003, après plusieurs années d’activité en tant que chorégraphe indépendante. Au sein de sa compagnie, elle crée des œuvres explorant le rapprochement artistique des danseurs et des musiciens sur scène. Cette démarche artistique a été soulignée et vivement reconnue à Toronto où ses oeuvres ont reçu le prestigieux prix Dora Mavor Moore à plusieurs reprises ainsi que des nominations dans diverses catégories.

Des artistes indépendants à travers le Canada ainsi que des compagnies et des institutions, tels que la compagnie Toronto Dance Theatre, le Centre des arts de Banff, L’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et la compagnie Chants Libres font appel aux services de Lina Cruz en tant que chorégraphe.

Pianiste, contrebassiste et compositeur, Alexis Dumais, est né à Rimouski. Membre du groupe Sagapool en tant que pianiste et contrebassiste et co-compositeur, il a aussi accompagné sur scène et/ou sur disque entre autres Martin Léon, Loco Locass, Bernard Adamus, Louis-Jean Cormier, Fred  Pellerin, Vincent Vallières, Matiu, Catherine Major, Pierre Lapointe, Betty Bonifassi, Marie-Pierre Arthur, Olivier Belisle, Alexandre Désilets, Mara Tremblay, Dominic Desjardins, Émile Bilodeau, Galaxie, Samito, La Fanfare PourPour, en plus de collaborer avec Martin Léon sur plusieurs musiques de film (Monsieur Lazhar, Merci Pour Tout, Guibord s’en va t-en guerre, The Good Lie, Tu te souviendras de moi, etc.) Il a également participé à divers spectacles de danse contemporaine (Ballets Jazz de Montréal et PPS Danse), fait partie de house bands de plusieurs émissions de télévision et de radio, en plus de composer la musique pour divers documentaires et courts-métrages. Depuis 2021, il enseigne au Collège Lionel-Groulx.

Marcio Vinícius Paulino Silveira est un danseur, chorégraphe et scénographe professionnel brésilien canadien qui explore le mouvement et l’espace en adoptant l’engagement entre le langage corporel et le public. Après avoir obtenu son diplôme technique en danse contemporaine avec l’école de Théâtre Bolchoï au Brésil, Marcio a travaillé avec des chorégraphes et des compagnies professionnelles de renom comme La La La Human Steps, Les Ballet Jazz de Montréal, Andrea Peña & Artists, Ezdanza, Cirque du Soleil et d’autres. Au cours des 15 dernières années, il a voyagé dans plus de 26 pays en se produisant sur différentes scènes acclamées à travers le monde.
Marcio est aussi le grand gagnant de l’émission Révolution Saison 2 avec Janie Richard.

Sébastien Lacombe est un auteur-compositeur-interprète montréalais, qui fait carrière depuis maintenant 18 ans. Avec 5 albums solos à son actif, Sébastien s’est taillé une place de choix parmi les auteurs-compositeurs-interprètes québécois de sa génération.

Lauréat du concours Ma Première Place des Arts en 2003, dans la catégorie auteur-compositeur-interprète, Découverte Radio-Canada en 2006, l’artiste a aussi été choisi comme représentant du Québec pour le Sommet de la Francophonie en République Démocratique du Congo en 2012. Il est aussi le choix des journalistes européens au FICG en 2012, coup de cœur du Devoir et choix de la presse aux Francofolies en 2013 pour son spectacle Territoires qui allie un folk doux et senti aux rythmes ensoleillés africains.

En 2015, pendant la tournée France-Québec, il a été pris dans la tourmente des attentats terroristes de Paris. Ces événements l’ont marqué au point de vouloir écrire de nouvelles chansons sur le courage et la résilience. C’est en 2016 que son 4ième album, Nous serons des milliers sort, entraînant une rafale de succès à la fois critique et populaire. La chanson Trop de Soucis remporte entre autres, le prix Découverte des radios publiques francophones en 2017. La même année, il se joint en tant qu’interprète à l’opéra rock The Wall Live Extravanza (en hommage au film culte The Wall de Pink Floyd) dans lequel il tiendra le rôle de Pink pendant 4 ans. 

Durant la pandémie en septembre 2020, il lance Fly sous l’étiquette B-12 (L-A be). Inspiré par la quête de la liberté, Fly est son premier disque anglophone alliant pop, gospel et folk et nous emmène sur la route d’une vie. Les critiques sont unanimes, Fly est un disque remarquable et marque un point tournant dans la carrière de Sébastien. Son prochain album :  Le Chemin des Possibles est prévu pour le printemps 2022. 

Artiste libre, créatif et polyvalent, Sébastien Lacombe fait les choses à sa manière, une chanson à la fois. 

Diplômée du Collège Lionel Groulx en interprétation vocale, puis de l’UQAM en chant populaire, on a pu voir Roxane à Paris dans la comédie musicale Shéhérazade. Entrepreneure, elle est cofondatrice de la compagnie Productions Bulle et des jeux d’évasion Immersia, à Laval et à Boisbriand.

Roxane est choriste depuis plusieurs années à l’émission En direct de l’univers. Sur scène, elle collabore avec de nombreux artistes, dont Stéphan Côté, et est choriste sur de nombreux spectacles d’envergure, dont Comédie Ha! et la Fête Nationale sur les Plaines. Nous pouvons aussi entendre sa voix sur les ondes de plusieurs radios.  Elle fait également partie du groupe vocal Les Bouches Bées, dont les deux premiers albums ont été en nomination au gala de l’ADISQ dans la catégorie Album de l’année country. 

Immergé dans la musique depuis la petite école, JP Loignon est avant tout fasciné par les timbres et les rythmes. Rapidement, son attrait pour la texture des sons lui a donné envie de se procurer synthétiseurs et logiciels audionumériques pour créer plus librement ses propres univers sonores. Son parcours académique l’a conduit à l’Université de Montréal où il a étudié le chant jazz et l’électroacoustique. Cette fusion l’a mené à élaborer un langage vocal à saveur électronique.

Interprète aux multiples facettes et pédagogue passionné, sa démarche artistique le propulse toujours plus loin dans l’exploration de la relation entre l’humain et la technologie, le corps vibrant et la machine magnifiante. Il évolue en développant son instrument et son univers sonore dans lesquels l’électro et la voix sont le prolongement l’un de l’autre.

Choriste bougeur dans plusieurs projets de théâtre, musique et danse, il brille sa joie magnétique dans le chœur gospel de Y’a du monde à messe et dans la grande famille de Belle et Bum. Il aborde la scène chaque fois avec curiosité et générosité.

Hoor Malas, est une artiste de danse et de mouvement, originaire de la Syrie et récemment installée à Montréal.

Elle débute son apprentissage à l’âge de huit ans à l’école de ballet de Damas. En 2007, elle obtient son baccalauréat en danse de l’Institut supérieur des arts de Damas-Syrie et son diplôme en danse contemporaine de la Northern School of Contemporary Dance, Leeds-UK en 2008.

A son retour d’Angleterre, Hoor a enseigné les techniques de danse contemporaine pendant dix ans au Conservatoire d’Art de Damas.

Elle a commencé à chorégraphier en 2014-15. 

À travers ses créations, Hoor plonge dans des questions sociales influencées par des expériences personnelles. Certaines de ses créations chorégraphiques : « Regression » 2016, « Three Seconds » 2018, « Hanging » 2019, « Dust » 2020-21 et sa nouvelle pièce solo « If my body had a name » sont des œuvres en cours.

Pour plus d’information : https://hoormalas.com/