L’ombre d’un doute (1992)

Projet de danse-opéra de grande envergure, L’ombre d'un doute réunit 37 participants

Ombre d'un doute. Photo : Victor Pilon

Ombre d’un doute. Photo : Victor Pilon

Le répertoire chorégraphique premier de Savoie compte des pièces solos comme Tripes attisées (1987), une étude poignante centrée sur la résilience, le héros Don Quichotte de la Tache (1988) et des pièces telles le quatuor Antichambre (1987), Encre de Chine (1991) et l’opéra expérimental L’Ombre d’un doute (1992). Son style chorégraphique se traduit par une recherche d’interdisciplinarité, un penchant pour l’humour, une gestuelle acrobatique et une théâtralité assumée. Son travail s’inscrit dans un désir de démocratisation de la danse.

Projet de danse-opéra de grande envergure, L’ombre d’un doute réunit 37 participants (danseurs, comédiens et musiciens). Cette création prend racine dans l’histoire de l’art. Le créateur, Pierre-Paul Savoie, met en scène un univers à la fois baroque, absurde et moderne, inspiré par des tableaux, sculptures, photographies, vidéos, archives, musique et textes qui ont jalonné l’histoire de l’humanité.

Crédits

Conception : Bernard Lagacé et Pierre-Paul Savoie
Chorégraphie et mise en scène : Pierre-Paul Savoie
Musique originale : Ginette Bertrand
Scénographie et accessoires : Bernard Lagacé
Éclairages : Timothy Crack et Alain Lortie
Projections  : Mark Morgenstern
Costumes : Paule-Josée Meunier